mai 2004

Boycottons les chaussures ERAM

Chacun peut voir à la télévision cette publicité de mauvais goût, dégradante et mensongère dans laquelle une candidate à un emploi accuse de tous les maux ses futurs employeurs hommes (aux têtes bien choisies...) et prétend que les salaires féminins sont 30 % inférieurs (en accusant les hommes de cette situation). Ceci est faux car l'écart de 30 % ne concerne que les femmes cadres du secteur privé, milieu où la disponibilité et les horaires copieux sont contraignants pour qui veut progresser, qu'on soit homme ou femme. Les femmes cadres aussi disponibles que les hommes sont aussi bien payées. Par ailleurs, les femmes fonctionnaires sont payées comme les hommes, les infirmières un peu mieux que les infirmiers et la moyenne globale H/F accuse en réalité environ 12 % d'écart des salaires. Cet écart n'est d'ailleurs pas dû aux hommes mais à un capitalisme qui exploite les travailleurs et travailleuses et qui entrave aussi bien la prise de congé paternité des hommes cadres (à moins d'accepter de voir son salaire stagner...).
L'agression permanente des hommes, accusés de tous les maux de la société, par un féminalisme vengeur et primaire est lassante. Les femmes ne sont pas plus glorieuses...
On se garde bien de dire par exemple que toute femme ayant eu trois enfants a droit à huit trimestres pour sa retraite, sans aucune condition d'attribution, tandis qu'un homme n'a droit à rien, du seul fait de son sexe.

Les hommes meurent plus vite et en plus, on les fait travailler plus longtemps : belle égalité des sexes au travail...!

 

Copyright Asso. SOS PAPA 78 - 2004
Reproduction interdite, même partielle

François T. témoigne

Pour info : je cherche un travail depuis 2 ans, je viens de perdre un recrutement parce que la responsable des RH n'a pas du tout apprécié que j'aie mon fils en garde alternée; elle craint que mon dévouement à l'entreprise ne soit pas complet. 

Comme quoi, les femmes sont parfois aussi connes que les hommes cons et que les hommes sont victimes aussi du fameux "plafond de verre".