EDITO


par Michel Thizon
fondateur

Paru dans le magazine "SOS PAPA" n° 39 de septembre 2000

PATERNISME ET FEMINISME

Qu'est-ce que le paternisme ?

SOS PAPA a la prétention d'avoir créé et défini le concept de paternisme, concept qui est en opposition complète avec celui de paternalisme.

Le paternisme rejette le concept de "puissance paternelle", héritage lourd d'un archaïque paternalisme orienté vers le pouvoir familial. Le paternisme, lui, est orienté vers l'affection, la responsabilité parentale et l'amour paternel porté à l'enfant pour lui-même.

L'enfant est considéré ainsi comme un être, comme un individu à part entière qui est porteur des espérances de la propre vie de son père et de sa mère, vie transmise dans un acte d'amour. Il est aussi le prolongement de soi perçu comme une espérance de l'humanité. D'une humanité dont il est naturel d'avoir pour elle la prétention qu'elle soit meilleure à la génération suivante : meilleure par le respect des droits des individus et des minorités ; meilleure par le respect de l'égalité des sexes et de la parité parentale.

Encore faut-il que ces enfants-là se développent de façon épanouie, équilibrée, pour avoir le potentiel capable de porter ces valeurs. Ce n'est pas en les déchirant, par des conflits d'adultes, de parents, qu'ils auront le bon héritage affectif et intellectuel nécessaire.

Le Paternisme, c'est donc un mouvement moderne dont est porteuse l'association SOS PAPA, de redéfinition de la position et du rôle du père dans la famille, donc dans la société toute entière.

 

Copyright Asso SOS PAPA 78 , 2004

C'est un mouvement de responsabilité réaliste, de parité des sexes et des rôles parentaux, de "démocratie familiale" sans laquelle "démocratie" tout court ne peut avoir de sens ni de base saine dans la société.

Un peu à l'instar du féminisme qui a été contraint de s'exprimer et d'agir vivement pour rééquilibrer les rôles et les pouvoirs des hommes et des femmes dans une civilisation qu'ils sont condamnés à élaborer en commun jusqu'à la nuit des temps, le paternisme agit pour rééquilibrer les rôles et les pouvoirs dans la cellule élémentaire, fondatrice des sociétés et des civilisations, qu'est la famille.

Rien à voir donc avec le paternalisme, de même que le féminisme authentique et démocratique n'a rien à voir avec ce "féminalisme" actuel dont nous constatons la nocivité.

Avatar et déviance idéologique du féminisme, du lesbio-féminisme plus exactement, conquérant, avide de pouvoir pour le pouvoir, le féminalisme est apparu ces dernières décennies, causant les ravages familiaux dont nous sommes témoins. Les première victimes en sont les enfants puis les pères mais, au bout du compte, les mères abusées par sa mode pseudo-intellectuelle et par les institutions qu'il a investies et soumises. Le féminalisme se nourrit essentiellement de haine des sexes et de vengeance alors qu'il faudrait développer tant de réconciliation entre les hommes et les femmes responsables, entre les pères et les mères reponsables de notre société.