Philosophie de SOS PAPA

Les analyses et les propositions de l’Association s’appuient sur 4 principes fondamentaux


1 - " Chaque enfant a droit à ses deux parents, même séparés, et a besoin de leur affection, de leur attention et de leur éducation pour être heureux, pour s’épanouir et pour devenir un adulte équilibré et responsable ".

2 - " Tout être humain a le droit de connaître ses deux parents car nul ne peut vivre sereinement sans la certitude existentielle de ses origines ".

3 - " Les liens naturels inaltérables, incontestables et infalsifiables qui lient un enfant avec son père et avec sa mère sont indépendants des origines ethniques, de la culture, des croyances, des conditions de vie ou des mœurs de ses parents ".

4 - " Sauf preuve formelle de défaillance grave mettant en danger sa vie ou son équilibre moral, il n’est pas de meilleurs éducateurs pour un enfant que ses parents authentiques. Ceux-ci, en êtres co-responsables et aimants, qui reconnaissent en lui le fruit de leur responsabilité, de leur amour, même passé, et de la prolongation de leur propre vie, sont les plus qualifiés et les plus motivés pour l’aider de façon généreuse et désintéressée à grandir et à s’épanouir ".

 

Ces quatre principes fondamentaux semblent bien assez clairs et assez incontestables pour permettre d’analyser correctement de multiples situations et pour valider ou réfuter des dispositions et pratiques actuelles, législatives ou non, relatives à l’enfant et à la famille.

Lorsqu’un enfant possède des parents bien à lui, bien identifiés, bien "légaux", ayant capacité à s’en occuper correctement, ses relations avec chacun d’entre eux doivent donc être préservées et même facilitées. Que ses parents soient unis, séparés, proches, éloignés, de quelque religion ou race, à la sexualité naturelle ou homosexuelle, ces principes devraient guider les règles auxquelles les enfants se trouvent soumis.

Une opposition nette, par contre, doit être émise en ce qui concerne certaines lois ou pratiques ne respectant pas ces principes fondamentaux, comme par exemple :

Accouchement de la mère en secret ; insémination naturelle ou artificielle sans identité d’un des parents ; monoparentalité volontaire ; déclaration mensongère de naissance d’un enfant de père soi-disant "inconnu" ; discrimination homme/femme en terme de capacité à rechercher la paternité (art. 340-2 C.C.) ; interdiction d’accéder aux méthodes génétiques de recherche de la paternité hors décision judiciaire ; adoption plénière d’enfants non-orphelins ou détournés ou achetés ; droits de visite " réservés " pour un parent, ou réduits, lorsque l’enfant, quel que soit son âge, n’est pas en danger avec ce parent ; soumission d’un parent ne faisant l’objet d’aucune procédure pénale liée à un danger pour l’enfant, à des visites sous " surveillance psycho-sociale " en " point-rencontre " ; soustraction ou éloignement toléré d’un enfant par un des parents au détriment de l’autre ; imposition à un enfant d’un soi-disant parent de substitution alors que son parent authentique tente vainement d’exercer sa responsabilité et de lui transmettre son affection.

 

Copyright SOS PAPA 1998/2003