Copyright Association SOS PAPA 78 - 2004
Reproduction strictement interdite

www.sos-papa.net

Témoignage n° 4

 

En quelques mots je vous raconte mon histoire. Après 20 ans de vie commune en concubinage avec ma compagne de 1972 à 1992, nous nous sommes séparés. Etant très attaché à mes 4 enfants et à leur éducation depuis leur naissance, il n’était pas question pour moi de m’en séparer. La garde alternée s’imposa d’elle-même. La mère de mes enfants ne s’y opposa pas car elle trouva dans cette nouvelle situation, les avantages d’une mère au foyer et une grande liberté pendant la période sans enfant. Elle habite au village, moi à la campagne à 3 km du village. La semaine est divisée en deux pour les enfants. Ils sont avec moi le lundi, mardi, mercredi, jeudi matin et un week-end sur 3. Les enfants vivent cette alternance depuis 6 ans avec un plaisir certain, avec des avantages (doublement des attentions affectives et matériels, anniversaires, Noël, etc...).

Les inconvénients matériels de cette situation alternée sont pris en charge par les parents. Par exemple s’ils oublient quelque chose d’important (vêtements, livres scolaires...) chez l’un ou l’autre, nous sommes toujours là pour faire le déplacement. Bien sûr chacun des deux parents doit avoir une maison aménagée pour recevoir ses enfants comme si on les avait en permanence (chambre à coucher, literie, vêtements, bureau, piano, batterie, etc...). C’est bon pour l’économie du pays ce type de dédoublement n’est-ce-pas ? Malheureusement, en contrepartie, comme cette situation n’est pas reconnue offi-ciellement, il y a donc un des deux parents qui est marginalisé. En l’occurrence, c’est moi dans ce cas.

Mon ex-concubine m’a demandé d’inscrire à son nom mes enfants auprès de la caisse d’allocations familiales pour des raisons affectives soi-disant, ce que j’ai accepté. Elle a donc tous les avantages d’une mère de famille élevant seule ses quatre enfants.
Moi je n’ai rien, même pas la carte de famille nombreuse. Elle devait partager avec moi les allocations familiales ce qu’elle n’a jamais fait. Elle a même gardé tous les remboursements de frais de maladie que j’ai fait pour mes enfants. Aucune loi ne me protège et elle en profite au maximum.

A part cela tout va bien et comme dit mon ex-compagne, de quoi te plains-tu ? tu devrais être heureux de vivre la moitié de l’année avec tes enfants !

J’aimerais faire avancer les choses. La garde alternée est une solution formidable, pourquoi n’est-elle pas protégée par des lois ?

 

2000 - Daniel T.(Basses-Alpes)