Copyright Association SOS PAPA 78 - 2004
Reproduction strictement interdite

www.sos-papa.net

Témoignage n° 13

 

Combien d’entre-nous sont sortis si frustrés de leur divorce que leur esprit n’est désormais qu’animé par un profond sentiment d’injustice et de vengeance ?

Il faut savoir laisser ceci de côté et mobiliser son énergie et son temps vers l’essentiel. La chair de sa chair : l’enfant. L’avenir c’est lui. Le passé ? on n’y peut plus rien de toute manière.

Oublions l’intellectualisme parfois excessif des Juges, des avocats, même des médiateurs. Tous, au nom de ce qu’ils appellent "l’intérêt de l’enfant" , vont les transformer en petits adultes dotés de pouvoir que leur fragilité ne leur permet pas d’assumer.

Laissons aussi de côté cette rigidité mécanique de l’appareil du divorce. Oublions nos envies de meurtre sur leur mère. Elle parade, fière des ses victoires ? Et alors ? Les gagnants d’aujourd’hui seront les perdants de demain.

En attendant, mobilisons nos énergies pour ouvrir notre cœur vers nos enfants.

Agissons en PERES, affectueux et respectables. Montrons leur notre plus beau côté, aimons-les du mieux que nous savons le faire, ne manquons pas une occasion de leur en faire la démonstration. Noyons-les d’amour.

Alors, demain il n’y aura pas de perdants, les enfants grandiront mieux, peut-être pas dans le schéma familial classique, mais ils ne seront pas forcément pour autant les plus désarmés devant la vie.

 

1999 - Antoine B. (Grande Bretagne)