Copyright Association SOS PAPA 78 - 2004
Reproduction strictement interdite

www.sos-papa.net

Témoignage n° 22

 

Dans la revue «Impact médecin» n°462 du 24 septembre 1999, j’ai lu avec intérêt «la riposte de SOS PAPA» à propos des pères accusés à tort d’abus sexuels.

Aussi, je souhaite vous faire part de mon témoignage de mère, qui, malheureusement confirme certaines de vos remarques.

Actuellement un projet de loi est mis à l’étude afin de permettre aux médecins libéraux (comme les médecins de PMI semble-t-il) de bénéficier d’un statut de professionnel protégé en cas de dénonciation abusive à la suite des signalements.

L’assistante maternelle de notre fille de 2 ans ½ (qui avait quelques difficultés de langage) a fantasmé et monté en épingle un commentaire de ma fille du genre «Papa zizi, moi zézette».

(…) Un médecin de PMI a même pris la responsabilité d’effectuer un signalement sans jamais rencontrer notre fille. L’affaire a duré des mois avec garde à vue de mon mari (nous sommes mariés et unis), auditions multiples de multiples personnes. La seule personne qui n’ait pas été dérangée est la dénonciatrice imbécile et obsédée, mais pas plus obsédée semble-t-il que les nombreux institutionnels de l’enfance qui sont intervenus peu ou prou. (…)

J’ai adressé un dossier complet sur les dysfonctionnements des services sociaux, de la police, au cour du déroulement de l’affaire à Mme la Ministre de la justice. Je vous joins copie.

2000 - Mme B. (Hauts-de-Seine)