Copyright Association SOS PAPA 78 - 2004
Reproduction strictement interdite

www.sos-papa.net

Témoignage n° 23

 

Je vous fais part de mon désappointement, voire de ma révolte quant à la décision de justice qui a été rendue par le Tribunal de grande instance de Nice le 30 novembre 1999.

Alors que j’avais la garde de mes deux garçons de 5 et 8 ans, (TGI de Mulhouse) le plus jeune a été rendu à sa mère.

L’affaire a été traitée sans l’assistance d’un greffier. Le temps de parole des deux parties en présence n’a pas été équitable : 30 minutes pour la partie adverse sans interruption ni réserve, 5 minutes pour mon avocate, avec devoir de ne parler que d’une seule pièce du dossier, l’expertise psychologique, et interdiction d’en déroger.

Le juge rédigeait ses conclusions pendant la plaidoirie de la partie adverse, avant même d’entendre mon avocat qui avait réalisé un dossier complet et précis.

La décision s’est appuyée exclusivement sur le rapport d’expertise psychologique pour lequel il n’a été entendu que le plus jeune de mes enfants. Le rapport ne donne aucune raison fondamentale pour que les enfants soient séparés ou la garde attribuée à mon ex-épouse. Par ailleurs, le jugement omet de préciser les droits de visite pour mon plus jeune fils (…)

2000 - Guy Serge L.