Copyright Association SOS PAPA 78 - 2004
Reproduction strictement interdite

www.sos-papa.net

Témoignage n° 32

 

J’avais un droit de visite depuis 3 ans en point-rencontre. La mère de mon fils de 5 ans, ne le présentait plus malgré 7 plaintes. Son avocate avait demandé avec impertinence la suppression pure et simple de mes droits.

Un nouveau JAF, a rétabli mes droits et ordonné une enquête psychologique. Il y est reconnu que j’ai un rôle important auprès de mon fils. Par ailleurs, la mère a été condamnée à un mois avec sursis.

Après l’expertise, un second jugement de juillet 2000 m’a accordé pour la première fois le droit d’hébergement le week-end, en dehors du point rencontre. J’ai pu enfin l’emmener chez mes parents en Bretagne, pendant 4 jours avec son petit frère. Ils n’avaient jamais vu la mer.

Il fallait voir la joie des enfants et des grands-parents qui ne le connaissaient que par des photos.

Monsieur le Juge avait compris et mesuré le sens profond du verbe "aimer".

Des analyses ADN ordonnées à Pontoise ont révélé depuis que je n’était pas le père biologique de mon fils.

J’avais préparé la naissance de cet enfant avec sa mère et le déchirement occasionné par son départ alors qu’il avait six mois a été profond.

La maman, qui se retrouve seule désormais, ayant demandé le divorce d’avec son second époux, fait appel du jugement.

Pour ma part, les liens du coeur sont bien plus importants que les liens du sang et je remercie du fond du coeur M. le Juge qui a pris soin de regarder l’intérêt de mon fils.

2001 - Gérard B. (94)