Copyright Association SOS PAPA 78 - 2004
Reproduction strictement interdite

www.sos-papa.net

Témoignage n° 47

 

J'ai voulu construire une famille et je me retrouve seul avec les problèmes d'avoir voulu le bonheur de ma petite famille.

En juin 94, je signe pour une construction de maison individuelle clef en main suite à ma mobilité professionnelle et une donation d'un terrain par mes parents.
J'investis toutes mes économies pour ce rêve imaginable pour une famille.
Le constructeur fait une désertion de chantier et je me retrouve S.D.F, en procédure, à ce jour en appel  constructeur suite aux conclusions au fond en septembre 2003.
Sans logement et sans finances nécessaires à faire vivre ma petite famille, je prends un logement chez l'habitant, essayant de vendre ma maison dans l'état et laissant ma famille chez la belle-mère. Cela durera 2 ans et demie  pour que je puisse vendre ma maison à contre cœur dans l'état et donc pas au meilleur prix.
Aussitôt je rachète une maison à rénover et toute la petite famille emménage en janvier 2000. C'est alors avec joie que je me mets à l'ouvrage afin de récupérer le temps perdu par une procédure toujours en cours.

En novembre 2002, alors que je revenais de Paris au chevet de ma mère dans le coma suite à un accident, aujourd'hui invalide mais toujours avec mon père, je retrouve ma maison vide ; mon ex concubine était partie avec la voiture et mes filles de 7 et 9 ans, chez sa mère. J'ai été alors attaqué de tout ce que l'on peut imaginer afin que je ne puisse plus voir mes enfants ou que je me suicide.
Après un travail sans répit, j'ai  obtenu le statut classique d'un père et une garde alternée m'a été proposé par le psychologue expert du J.A.F.

Maintenant je découvre le pot aux roses :
Madame est en indivision à 50% de tout ce que j'ai entrepris alors que le notaire aurait du me mettre à 85% et 15%. Et je suis harcelé pour vendre la maison de ma petite famille, et maintenant de mes enfants.
N'oublions pas que tout cela est arrivé sur mon licenciement économique.
Actuellement je reverse 900 Euros à Madame qui ne cherche pas de travail et se plait à vivre chez sa mère et le beau-père sans que mes enfants aient le droit de m'appeler au téléphone et je cherche à savoir comment je peux remettre en question  mon acte notarial afin de garder la maison de mes enfants. Je suis en appel sur l'assignation de Madame que j'ai bien fait vivre et, malgré un abandon de domicile je continue à l'entretenir à distance.

Je cherche à ce que cela se sache et que un jour je puisse oublier. Je cherche aussi des gens qui puissent me redonner une crédibilité sociale face à toutes ces années perdues pour une femme que j'ai aimée et un complot de famille que j'ai gagné.

Bon courage à tous.

2004 - Eric D